Le baromètre de votre bateau
...pour plusieurs, ce n'est qu'une belle décoration

Nous vivons au fond d'un océan d'air. Le poids de l'air change continuellement et les variations de poids donc de pressions, sont des indices du temps qu'il fera. Il est important de noter que la pression de l'air à un moment donné est beaucoup moins importante que la manière dont se produit la variation de cette pression, plus particulièrement si celle-ci augmente ou diminue régulièrement.

L'instrument qui sert à mesurer la pression atmosphérique est le baromètre. Il a été inventé en 1643 par Torricelli. Cet instrument simple était constitué par un tube gradué rempli de mercure renversé dans un bassin de mercure. Torricelli s'est aperçu que le niveau du mercure baissait dans le tube à l'approche de tempêtes et qu'à l'approche d'une période de beau temps, le niveau montait. Au cours de périodes de beau temps sec, le niveau de mercure se maintenait à un niveau plus élevé que d'habitude, et que le contraire se produisait lors de périodes de mauvais temps. Au niveau de la mer, la pression normale se situait à 760 mm de mercure (30 pouces).

À partir de ce moment, le baromètre devint le roi des instruments pour les prévisions météorologiques locales.

Il serait peu pratique d'avoir à bord de votre bateau un baromètre semblable à celui de Torricelli. Mieux adapté au mouvement du bateau, le baromètre anéroïde est l'instrument utilisé par la plûpart des marins. Son cadran peut montrer plusieurs systèmes de graduation (cm, pouces, kilopascals - kPa). 1 kPa = 1 cm.

Les rapports météorologiques donnent la pression barométrique en kilopascals ou en millibars (101,3 kPa = 1013,25 millibars).

À l'intérieur de l'instrument se trouve un cylindre dans lequel on a fait un vide partiel. Ce cylindre réagit aux variations de pressions de l'air comme un accordéon. Les mouvements du cylindre sont amplifiés par une série de leviers reliés à l'aiguille. La pression atmosphérique se lit directement sur le cadran.

La pression atmosphérique.
Si le baromètre indique 101,3 kPa (1013,25 millibars), cela signifie que la pression de l'air au niveau de la mer exercée sur un tout objet est de 1,03 kilogramme par centimètre carré. À cette lecture, le corps d'un adulte supporte l'équivalent de 18 tonnes métriques tandis que le poids exercé sur une superficie d'un kilomètre carré est d'environ 10 millions de tonnes.

Le baromètre et le temps qu'il fera.
Une lecture isolée, à l'occasion n'est d'aucune utilité. On ne peut prédire le temps d'après une seule lecture de la pression atmosphérique sur le baromètre; au contraire, on doit tenir compte des variations relatives de la pression observée à divers endroits dans une région suffisamment étendue. Ainsi, même si l'aiguille du baromètre demeure stable à Montréal pendant plusieurs jours, des changements de pressions à quelques 100 km plus loin pourront influencer le temps qu'il fera demain dans cette ville. C'est la raison pour laquelle souvent, votre baromètre indique pluie alors que le Soleil brille.

Utiliser correctement son baromètre.
Avant toute chose, il vous faut régler votre baromètre. Téléphonez au centre météorologique le plus proche afin d'obtenir la pression barométrique réduite au niveau de la mer. À l'aide d'un tournevis, par le petit orifice à l'arrière de l'instrument, régler l'aiguille noire en fonction des informations obtenues. Vous pouvez également vous servir de la table de correction fournie par le manufacturier de l'instrument pour ajuster votre baromètre. Pour cela, vous devrez obligatoirement obtenir avec précision l'altitude au-dessus du niveau de la mer de l'endroit où vous désirez utiliser le baromètre. En général, pour une élévation de 120 m, il faut ajouter 1 cm, pour 240 m, c'est 2 cm qu'il faut ajouter.

Une fois l'instrument réglé, à heure fixe, "tapez" légèrement sur l'instrument pour vous assurer que le mécanisme n'est pas bloqué et notez la lecture du baromètre, son taux d'élévation ou de chute, la direction du vent, et enfin le temps qu'il fait (nuageux, pluie, etc.). Vous obtiendrez ainsi ce qu'on appelle la "tendance barométrique." Après quelques semaines de pratique, vous commencerez à faire le lien entre la pression atmosphérique, la direction du vent, et le temps. Vous pourrez alors vous aventurer à faire des prévisions météorologiques.

Avec la pratique, vous ne retiendrez qu'une ou deux questions:

Le baromètre monte-t-il ou descend-il?
Monte-t-il ou descend-il rapidement ou lentement?

Une baisse ou une hausse de 1,7 millibars par heure constitue ce qu'on appelle une hausse ou une baisse rapide.

Si par exemple, entre 8h00 et 10h00, l'aiguille passe de 74,9 à 75,4 cm (99.9 à 100,5 kPa), il est certains qu'un centre de basse pression s'éloigne et qu'on peut s'attendre à du temps plus beau. Si par contre, en l'espace de une ou deux heures, le baromètre passe de 77,2 à 77,0 cm (102,9 à 102,7 kPa), "ça baisse" comme disent les marins et on risque du mauvais temps. Si votre baromètre possède une aiguille témoin mobile, il peut être intéressant de la placer au-dessus de l'aiguille qui indique la pression à chaque lecture.

Indices de prévisions applicables pour l'Amérique du Nord.
Un vent du secteur Sud à Sud-Est accompagné d'une baisse régulière de la pression barométrique annonce qu'un orage venant de l'Ouest ou du Nord-Ouest dans les 12 ou 24 prochaines heures et que lors de son passage, le vent passera progressivement du Sud, vers l'Ouest puis, jusqu'au Nord-Ouest.

Un vent du secteur Est à Nord-Est accompagné d'une baisse régulière de la pression barométrique annonce qu'un orage venant du Sud ou du Sud-Ouest dans les 12 ou 24 prochaines heures et que lors de son passage, le vent passera progressivement de l'Est, vers le Nord puis, jusqu'au Nord-Ouest.

Plus la baisse de la pression barométrique est rapide et importante, plus l'orage est imminent et plus il sera violent.

Un vent des secteurs Ouest, accompagné d'une hausse régulière de la pression barométrique indique le retour du beau temps.

Le tableau qui suit peut être utilisé par les plaisanciers navigants sur la côte Atlantique au Nord des Carolines, ceux navigants sur les Grands-Lacs et sur les eaux intérieures à l'Est des Rocheuses. Notez qu'il y aura toujours des exceptions.

tableau